Test de Courage

1ere Phase : Sociabilité – Tempérament – Docilité – Coups de feu

 

Le Conducteur, avec son chien, se présente au Testeur pour la vérification du tatouage (ou de la puce électronique) et des testicules pour les mâles

Le conducteur devra indiquer au juge si son chien travaille en RCI ou en RING

Le Conducteur marche, avec son chien en laisse, sur environ 30 pas aller et retour – 2 coups de feu (6 ou 9 mm) sont tirés à une distance de 20 pas environ, le premier de dos, le second de face.

Ensuite le Conducteur passe, avec son chien, au travers d’un groupe de 5 à 6 personnes qui se déplacent de front à sa rencontre.

 

2ème Phase : Instinct de défense – Mordant – Coups de bâton

Le Conducteur avec son chien marche en direction de la cachette (tenir au collier est autorisé), située à environ 20 pas.

Arrivé à environ 8 pas, à gauche ou à droite de la cachette, l’Homme Assistant, agresse le binôme en faisant irruption hors de la cachette en criant.

A ce moment, le chien doit saisir l’Homme Assistant par une prise ferme. Le Conducteur peut encourager son chien.

Quand le chien est en prise, l’Homme Assistant donne 1 coup de bâton sur les parties non sensibles du chien (différencier les coups de bâton du test de courage et ceux de l’ESC).

 

Sur ordre du Testeur, l’Homme Assistant s’arrête, le chien doit lâcher prise et rester vigilant à proximité de l’HA.

Le chien doit rester sous le contrôle du conducteur pour cela trois ordres sont Acceptés pour la cessation (à distance, à mi-distance et à proximité du chien). Après ces trois ordres, le chien sera éliminé.

Sur ordre du Testeur, le Conducteur rejoint alors son chien, le remet en laisse et revient vers le testeur pour l’appréciation du retour au calme.

 

Le chien à l’issue de cette épreuve, est, selon sa prestation :

  •  ADMI
  • AJOURNE (1ère et 2ème présentation)
  • REFUSE (3ème présentation) – Dans ce dernier cas, cela est définitif.

 

Les chiens qui ont peur du coup de feu et ceux qui cèdent au coup de bâton sont éliminés d’office.

Une concertation entre le Testeur et l’HA est nécessaire pour la décision du lâcher au coup de bâton.